Point de gestion Multi Asset Novembre

Publié le 13 Novembre 2020   Produits  
LinkedIn 3

Période du 06/11/2020 au 13/11/2020


Performance positive des fonds Multi Asset sur la semaine, les marchés actions ont progressé et clôturé en forte hausse en Europe ( EuroStoxx50 +7.12%) avec une tension significative sur le 10 ans allemand  en hausse de +7.4bp à -0.55% et sur le 10 ans américain en hausse de +7.8bp à 0.89%. Les indices ont été dopé par la nouvelle de l’avancée du vaccin contre le Covid-19 de Pfizer et BioNtech dont l’approbation auprès de la FDA devrait être déposée d’ici quelques semaines laissant ainsi entrevoir un espoir de reprise économique mondiale rapidement. En tout cas,  Joe Biden est élu 46ème Président des Etats-Unis et Kamala Harris devient la première femme vice-présidente de l’histoire des Etats-Unis. J. Biden sera officiellement président le 20 janvier 2021, cependant le procureur général William Barr autorise le département de la justice à ouvrir une enquête sur de possibles irrégularités lors des élections, tout en ajoutant qu’il n’y avait pour le moment aucune preuve que des fraudes aient eu lieu.

  • Faits marquants sur la période:

Sur le plan macroéconomique, aux Etats-Unis l’IPC est resté inchangé par rapport à septembre contre un consensus de +0.1%. Sa progression en rythme annualisé est de +1.2%. Les inscription au chômage ont baissé à 709K lors de la semaine du 7 novembre, contre 757K la semaine précédente, le consensus était de 731K. En zone Euro, la production industrielle a baissé de -0.4% d’un mois sur l’autre contre un consensus de +0.6%. Le PIB révisé a progressé de +12.6% sur la période de juillet-septembre contre un consensus de +12.7% mais en rythme annualisé le PIB est resté en baisse de -4.4%. En Allemagne, l’indicateur de sentiment économique le ZEW a reculé à 39.0 contre 56.1 en octobre mais en France la production industrielle s’est redressée et a augmenté de +1.4% en septembre contre +1.1% le mois précédent avec un consensus attendu de +0.7%. La meilleure nouvelle venant de la Chine, les exportations d’octobre ont été en hausse de +11.1% sur 1 an contre +9.9% en septembre et les importations ont augmenté de +4.7%.

Sur le plan monétaire, la Fed anticipe un recul du prix des actifs dans les prochains mois si aucun remède au COVID -19 n’est trouvé, alertant sur le risque relié à l’économie si la crise sanitaire se prolonge.      J. Powell a signifié que la mise au point d’un vaccin efficace contre le coronavirus est une bonne nouvelle, mais que des risques subsistaient dans l’immédiat et qu’un accord rapide sur un plan de relance était nécessaire pour palier à ces risques. De son côté, la Banque Centrale Européenne songe à renforcer son programme de rachat d’actifs et à maintenir ses conditions de prêts ultra bas aux banques, afin de maintenir les coûts de financement de l’économie à des niveaux très favorables. Elle étudiera en premier lieu l’hypothèse d’une augmentation de ses achats d’obligations et de ses prêts aux banques le mois prochain afin d’augmenter son soutien à l’économie de la zone euro face au Covid-19. Il est fort probable que la BCE va recalibrer ses mesures monétaires lors de son prochain meeting de décembre.

Sur le plan politique, les négociations sur le Brexit n’ont toujours pas permis de trouver un accord entre les deux pays mais ils maintiennent leurs négociations, mais sans changement de ton car chaque partie prenante s’accorde à dire que des divergences sérieuses subsistent et qu’un no deal reste possible. Contrairement aux attentes, les européens ont annoncé l’applications de droits de douane de 4Mds$ sur les importations américaines. A savoir, Joe Biden a utilisé son premier appel téléphonique avec Boris Johnson en tant que président des États-Unis pour avertir le dirigeant britannique de ne pas compromettre la paix en Irlande du Nord dans sa quête du Brexit.

  • Gestion

Au cours de la période, à la suite de l’amélioration du signal de Trend sur l’Europe (le MTI est passé Safe contre Neutre précédemment), nos modèles stratégiques ont renforcé l’exposition actions sur cette zone géographique principalement sur l’Eurostoxx50, le SMI et le Footsie100.

Sur la période, les changements suivants ont été opérés dans les portefeuilles :

-   Actions : augmentation de notre exposition sur les actions européennes, nouvelle réduction sur le Nasdaq et nous avons également décidé de remplacer nos expositions sectorielles européennes sur les télécommunications et la technologie par les secteurs bancaire de la zone euro et de l'assurance européenne. Enfin, nous avons transféré une partie de l'exposition mondiale aux marchés émergents vers les marchés émergents d'Amérique latine qui ont largement sous-performé et devraient se redresser dans les semaines ou mois à venir.

-   Obligations : nous avons gardé une exposition en ligne avec l’allocation stratégique et conservé notre arbitrage en faveur des obligations TIPS US 5 ans contre les taux nominaux US à 5 ans ainsi que notre position d’aplatissement de la courbe US sur le 5/30 ans.

-   Devises : pas de changement, maintien du short GBP/USD (en attente de visibilité sur les négociations Brexit), et du long JPY/USD ainsi que du long CAD/USD.

-  Matière Première : maintien à l’identique du biais positif sur les actions minières (or) en guise de diversification.

L’exposition globale aux actions est de 28% et de 55% sur le SMACG et SMADG, la duration modifiée est à 3 et 4.9 respectivement. L’exposition au dollar US est de -10% et -20% et sur l’or à 1.4% et 2.8%.

  • Perspectives

A court terme, l’environnement nous parait propice à une prise de risque mesurée, tout en conservant une capacité à saisir les opportunités en cas d’ajustement temporaire des actifs risqués. Les élections américaines sont un facteur d’incertitude en moins et l’élection de Joe Biden avec un Sénat qui devrait rester Républicain est favorable à un repositionnement sur les actifs risqués. Le risque associé au Brexit est plus difficile à appréhender car la diversité des intérêts et des positions en Europe ne permettent pas d’exclure la possibilité d’un No Deal. Mais il faut prendre en compte la reprise en Chine, alimentée par une amélioration significative de la dynamique interne (consommation, investissement), soit une évolution dès lors très favorable aux économies et marchés intrinsèquement liés à la Chine, comme par exemple l’Allemagne et le Japon, mais aussi toute la région asiatique. Reste bien sûr la situation pandémique toujours incertaine mais les annonces de vaccins opérationnels rapidement devraient redonner de la visibilité aux investisseurs sur la reprise économique mondiale et une forte rotation en faveur de la « Value ».

A plus long terme, nous pouvons espérer que la mise sur le marché d’un vaccin contre le Codiv-19 début ou mi 2021 soit de nature à progressivement rassurer les agents économiques et à contribuer à une reflation graduelle mais durable des économies mondiales, ce qui devrait induire une revalorisation des actifs risqués et des secteurs qui ont été les plus fortement touchés par la crise sanitaire. Dans ce contexte toujours incertain, il conviendra alors d'adopter un pilotage tactique et dynamique de l'exposition aux actions.

Les performances passées ne permettent pas de présager des performances futures.