Point de gestion Seeyond Multi Asset au 05/11/2021

Publié le 12 Novembre 2021   Produits  
LinkedIn 3

Période du 22/10/2021 au 05/11/2021

Performance positive des portefeuilles sur la période.

Les marchés d’actions ont amplifié la tendance haussière, projetant ainsi les indices américains sur de nouveaux records. Les facteurs de soutien aux actifs risqués sont toujours présents :

  1. Des données économiques globalement robustes dans les pays développés, surtout aux Etats-Unis, et mieux orientées en Chine,
  2. Des banquiers centraux (Fed, BCE et BoE) qui ont réussi à repousser les anticipations de hausses de leur taux directeurs sur 2023 tout en annonçant un début de tapering,
  3. Une stabilité sur les anticipations d'inflation, considérées comme de nature transitoire par les banques centrales des pays développés,
  4. Des publications de résultats d’entreprises supérieures aux attentes,
  5. Des injection de liquidités par les autorités chinoises afin d’éviter un risque de contagion sur le système bancaire liée à la situation du groupe immobilier Evergrande,
  6. Un flux acheteur d’actions du retail américain continu. Dans ce contexte, les taux gouvernementaux se sont détendues de près de 20 bps sur le 10y US ainsi que sur le Bund, tandis que le dollar US a peu évolué, de même pour la volatilité.

Faits marquants 

Sur le plan macroéconomique, peu de changements les données américaines sont restées bien orientées, l’ISM des services est ressorti en hausse à 66.7 en octobre contre 61.9 en septembre mais avec un léger ralentissement de l'indice l’ISM manufacturier à 60.8 re contre 61.1 le mois précédent. De plus, l'économie américaine a créé 531.000 emplois en octobre contre 450.000 attendus et le taux de chômage est en baisse à 4.6% au lieu de 4.7% estimé, tandis que le PIB US a été en hausse de +2.0% en rythme annualisé au T3. En zone Euro, le PMI manufacturier a consolidé à 58.3 en octobre contre 58.6 en septembre mais l'indice PMI composite est ressorti à 54.2 contre 56.2 le mois précédent, à la suite du PMI des services ressorti en baisse à 54.6 après 56.4 en septembre. Toutefois, les ventes au détail sont en hausse de +2.5% en glissement annuel. Au Japon, le PMI manufacturier final d’octobre est ressorti à 53.2 contre 53 confirmant ainsi le 9ème mois consécutif d’expansion. En Chine, même consolidation des indicateurs le PMI manufacturier est passé à 49.2 en octobre, contre 49.6 en septembre et l'indice PMI des services est passé de 53.4 en septembre à 53.8 en octobre, son plus haut niveau depuis juillet.

Sur le plan microéconomique, les résultats des sociétés sont bons, près de 70% des sociétés du SP 500 ont publié leur résultat du T3 et 80 % ont surpris à la hausse.

Sur le plan monétaire, lors de son dernier comité la FED a indiqué que l'inflation élevée était provoquée par des facteurs qui restent transitoires et qu’il était cependant trop tôt pour remonter les taux. Pour autant Jerome Powell a annoncé le début du tapering mi-novembre avec des réductions d’achats d’obligations anticipées à -15Mds$ par mois pour arriver à la fin du programme mi-2022. La Banque d'Angleterre a surpris les investisseurs en maintenant  le taux repo à 0.1%ainsi que le montant des achats d'actifs inchangés. De plus, la BCE a maintenu son taux de refinancement à 0% et a confirmé la poursuite du programme d’achats d’urgence face à la pandémie (PEPP), doté de 1.850Mds€, jusqu’à au moins la fin mars 2022. C. Lagarde a affirmé qu’il était peu probable que la BCE relève ses taux d'intérêt l'année prochaine. Cependant, les marchés misent sur une hausse de taux +0.20% dès octobre 2022. Comme attendu, la BoJ a maintenu ses taux d’intérêt inchangés à -0.1%. Ainsi, les banquiers centraux ont réussi à repousser les anticipations de hausses de leur taux directeurs sur 2023 tout en annonçant du côté de la Fed un début de tapering.

Sur le plan politique, côté Brexit la France va tenter de négocier un accord avec le UK dans le cadre du litige qui les oppose sur les licences de pêche post Brexit. L’interdiction de l’accès des pêcheurs britanniques à la majorité des ports français est repoussée pour l’instant. Les contrôles des exportations de l’UE vers le Royaume-Uni seront effectifs à partir du 1er janvier, des engorgements aux frontières sont à prévoir. Joe Biden a annoncé qu'un accord serait proche d’être trouvé entre les rangs de son Parti démocrate et les Républicains sur les contours du plan d'investissement d’infrastructures.

Sur le pétrole,  l’OPEP+ n’a pas modifié le rythme des augmentations de capacité de production lors de sa réunion, malgré les demandes pressantes de Joe Biden, qui estime que la hausse du prix de l’énergie pèse sur la reprise économique. A signaler la forte baisse des prix du minerai de fer près de -20% en 5 séances alors que les inventaires dans les ports chinois sont au plus haut depuis avril 2019, signe d'un ralentissement potentiel de la demande. Tensions toujours fortes en Europe concernant le soutien conditionnel de la Russie à la livraison de gaz auprès de l’Europe, l’Ukraine met en garde l’Europe contre les chantages de la Russie qui conditionne les livraisons de gaz au lancement de Nord Stream 2.

Gestion

Les modèles stratégiques ont évolué au mois d’octobre :

  • Actions : le modèle fondamental est passé négatif sur l’Europe et le Japon (baisse du signal earnings momentum et market valuation) mais il est resté stable sur les Etats-Unis et les Emergents. Ainsi baisse du niveau global d’exposition à 33% au lieu de 41% précédemment. Pas de changement sur le Trend qui demeure toujours en territoire positif sauf pour l’EM qui reste négatif.
  • Taux : les notes sont en baisse sur les taux américains, allemands et anglais (baisse du signal inversion au risque) mais stable sur les taux japonais et australiens, ce qui a entraîné une baisse de la duration cible stratégique de près de 90 pbs, la duration est passé de 4.40 à 3.55

Les portefeuilles deviennent donc plus prudents à la fois sur les actions et les taux. Nous avons donc décidé de suivre l’allégement du risque de l’allocation stratégique tout en conservant un biais tactique positif sur les actions.

Changement dans les portefeuilles :

  • Actions : diminution de l'exposition globale, nous avons réduit le poids de l'Euro Stoxx50 et un peu les actions japonaises en ligne avec le nouveau modèle stratégique. Nous avons pris une partie de nos bénéfices sur le secteur bancaire Euro, sorti notre pari relatif Cac40 contre Euro Stoxx50 et avons également réduit les actions Emergentes, tout en réduisant notre sous exposition au Nasdaq100.
  • Taux : réduction de la duration, nous avons vendu une partie du 10Y et 30Y américain, nous avons arbitré le 2Y allemand sur le 30Y allemand, augmenté légèrement le 10Y JGB (moins volatile) et maintenu nos achats sur les TIPS US 5/10 ans.
  • Devises : prise de profits sur le long GBP contre EUR, maintien du long AUD contre USD et mise en place d’une nouvelle position à l’achat de l’EUR contre USD (vue technique).

L’exposition globale aux actions est en baisse à 36.5% et 73.5% sur le SMACG et SMADG, la duration modifiée à 2.7 et 4.7 respectivement. L’exposition au dollar US est stable à -3% et -6.5%.

Perspectives

A court terme, les facteurs de soutien aux indices boursiers restent inchangés : les fondamentaux sont toujours bien orientés ; la situation sanitaire mondiale reste sous contrôle malgré une tendance à se dégrader dans certains pays européens; les investisseurs conservent un appétit pour les actifs risqués ainsi que le retail américain ; les valorisations se sont quelques peu tendues mais les publications de résultats des entreprises sont bien orientées en Europe comme aux Etats-Unis. Cependant les risques augmentent et pourraient limiter le potentiel de rebond des actions : risque de hausse des taux; biais des politiques monétaires mondiales ; situation immobilière chinoise ; risque de hausses de taxes sur les entreprises américaines ; tensions permanentes au sein du congrès américain. Nous doutons d’un scénario à la 2018 en raison d’un niveau des taux longs beaucoup plus faible, des liquidités plus abondantes et des relais de croissance mondiaux plus nombreux. Cependant, les éléments semblent réunis pour avoir une volatilité structurellement plus élevée, typique de la phase du cycle dans laquelle nous nous trouvons -tassement de la croissance post rebond « technique » et inflexion des biais monétaires.

A plus long terme, les fondamentaux sont voués à s’améliorer partout dans le monde dans les trimestres à venir, en lien avec la hausse des agrégats monétaires mondiaux et le changement de paradigme américain que l’administration Biden veut insuffler. L’objectif de Biden est de créer une inflation « positive » via les salaires et les investissements pour progressivement accroître le niveau de croissance potentielle du pays et par ricochet le niveau de vie des ménages.

Les performances passées ne permettent pas de présager des performances futures.