Our eye on a chart: Le commerce mondial s’ajuste et le mouvement n’est pas terminé. 

Publié le 10 Novembre 2022Marché et Recherche
Flageollet

Stéphanie BIGOU

Gérante de portefeuille

Réservé aux investisseurs professionnels au sens de la MIF

Rédigé le 8 Novembre par Seeyond

Le commerce mondial s’ajuste et le mouvement n’est pas terminé. 

Examinons les faits :

- Le CPB World Trade Monitor (WTM) est un instrument calculé par le Netherlands Bureau for Economic Policy Analysis. Il évalue la dynamique des échanges mondiaux en rassemblant, agrégeant et résumant des données mensuelles mondiales sur le commerce international.

- Historiquement, la dynamique du volume des échanges mondiaux est fortement corrélée aux composantes « futures » des indicateurs de confiance dans l’industrie en Allemagne, à Taiwan et au Japon, trois économies hautement tournées vers l’exportation.

- Le commerce mondial ne cesse de s’ajuster à la baisse depuis le pic de croissance post-réouverture de juin 2021 et cet ajustement devrait durer au moins jusqu’au début de l’année 2023.

Qu'en pensons-nous?

- La prochaine saison des résultats devrait encore être décevante pour de nombreuses entreprises exportatrices, à l’exception du secteur énergétique. À titre d'exemple, les exportations américaines ont bondi au cours des derniers mois, mais principalement en raison du secteur du pétrole et du gaz, se substituant partiellement aux fournisseurs russes. Les importations ralentissent en glissement annuel aux États-Unis et en Europe, ce qui laisse présager un risque futur pour la consommation privée et, par ricochet, le commerce mondial.

-L’allègement attendu des mesures anti-Covid en Chine pourrait graduellement contribuer à relâcher les contraintes sur le commerce mondial dans les mois à venir. Cependant, ce souffle ne devrait être que de courte durée car il nous semble que des freins plus structurels persisteront : 1- les pressions inflationnistes au-delà des cibles officielles des banques centrales, notamment dans les pays émergents, 2- les politiques monétaires restrictives et leurs effets retardés sur l’économie réelle, 3- la crise énergétique et l’impossibilité pour les états de pallier rapidement la prédominance du gaz et du pétrole, 4- la gestion de l’éclatement de la bulle immobilière chinoise et ses effets récessifs, empêchant la Chine de redevenir le moteur économique mondial qu’elle était dans le passé.

- Dans ce contexte, les marchés les plus dépendants du commerce mondial sont toujours à risque. Il est en particulier difficile d’anticiper, à aujourd’hui, un rebond autre que tactique des actions émergentes, relativement aux autres pays.

MA1

Source: Bloomberg, CPB World Trade Monitor, Seeyond – Data from January 2005 to August (world trade data) & October (local leading indicators) 2022 – Monthly

Cet article a été fourni à des fins d'information uniquement pour les clients professionnels tels que définis dans la directive MiFID. Il ne doit pas être utilisé pour les investisseurs de type réseau. La fourniture de ce document ou la référence à des secteurs ou marchés spécifique dans cet article ne constitue pas un conseil en investissement ni une recommandation ou une offre d'achat ou de vente de titres. Les investisseurs doivent examiner attentivement les objectifs, les risques et les frais d’investissement de tout investissement avant d’investir. Les opinions exprimées dans cet article à la date indiquée sont sujettes à changement et rien ne garantit que des développements se produiront comme prévu dans cet article.