La Fed a les données pour devenir plus agressive au cours des prochains trimestres … ou peut-être même avant

Publié le 21 Juin 2022Marché et Recherche
Flageollet

Stéphanie BIGOU

Gérante de portefeuille

Réservé aux investisseurs professionnels au sens de la MIF

Rédigé le 13 Juin 2022 par Seeyond

Examinons les faits:

  • La règle la plus connue pour déterminer les taux directeurs américains est celle développée par John Taylor en 1993. Dans cet article, Taylor énonce une règle simple pour modéliser l'évolution des taux des Fed funds. Que nous apprend la règle de Taylor aujourd'hui ?
  • Historiquement parlant, les taux des Fed funds sont très corrélés à la règle de Taylor.
  • L'écart entre les taux directeurs officiels américains et les taux théoriques dérivés de la règle de Taylor n'a jamais été aussi élevé. La dernière fois que cela s'est produit, c'était en 2018 et 2019, lorsque la Fed relevait ses taux et réduisait son bilan. À cette époque, le rapport entre les taux issus de la règle de Taylor et les taux directeurs effectifs était d'environ 50 %. La période actuelle ressemble à 2018 et 2019 en termes de politique monétaire, ce qui signifie que la Fed pourrait relever les taux jusqu'à 50% du taux actuel de la règle de Taylor sans être considérée comme trop agressive compte tenu de l'environnement de prix et de croissance actuel. Ainsi, les taux des Fed funds pourraient atteindre [4 % ; 5 %] dans un avenir proche si les tensions inflationnistes actuelles ne s'apaisent pas rapidement.

Qu'en pensons-nous? 

  • Les dernières données macroéconomiques ralentissent mais elles suggèrent que le risque d'une récession imminente aux Etats-Unis est faible. En effet, les piliers de l’économie américains sont résistants : le marché du travail est solide ; malgré la hausse des taux hypothécaires, le prix des logements continue d'augmenter à un rythme élevé ; l'investissement des entreprises reste dynamique bénéficiant encore des plans d’aide et d’investissement post-Covid ; les indicateurs de confiance dans l'industrie et les services se reprennent ; la demande des consommateurs est robuste. Par ailleurs, la réouverture progressive de la Chine et les tensions persistantes entre la Russie et l'Ukraine devraient empêcher tout repli durable des prix des matières premières, favorisant une spirale inflationniste tirée par les salaires.
  • Dans ce contexte, la Fed devrait avoir l'opportunité de relever ses taux à un niveau plus proche de la règle de Taylor. Au minimum, les pressions sur les taux des fonds fédéraux américains devraient rester à la hausse pendant un certain temps.
  • Les marchés anticipent des taux Fed funds à 3.75% à la fin du cycle de hausse de taux. Ils pourraient même être plus élevés, comme suggéré par la règle de Taylor. Une telle surprise serait une mauvaise nouvelle tant pour les marchés obligataires que pour les marchés d'actions. A titre d'exemple, en termes de valorisation, toutes choses égales par ailleurs, des taux américains à 10 ans à 4% vont de pair avec un SP500 à 3500. Pas sûr que nous ayons déjà vu le point bas des actions dans une perspective de moyen terme !

ge?imageId=Picture

Source: Bloomberg, Seeyond – Données de janvier 1971 à avril 2022 – Données mensuelles

Cet article a été fourni à des fins d'information uniquement pour les clients professionnels tels que définis dans la directive MiFID. Il ne doit pas être utilisé pour les investisseurs de type réseau. La fourniture de ce document ou la référence à des secteurs ou marchés spécifique dans cet article ne constitue pas un conseil en investissement ni une recommandation ou une offre d'achat ou de vente de titres. Les investisseurs doivent examiner attentivement les objectifs, les risques et les frais d’investissement de tout investissement avant d’investir. Les opinions exprimées dans cet article à la date indiquée sont sujettes à changement et rien ne garantit que des développements se produiront comme prévu dans cet article.